Le droit de vote des étrangers

vote-1804596_960_720

Le droit de vote des étrangers

Le droit de vote des étrangers

En l’espace de huit mois, nous devrons voter pour tous les niveaux de pouvoir de notre État. Le 14 octobre 2018 pour les élections communales et ce 26 mais 2019 pour les élections régionales, fédérales et européennes. Ce sera le moment pour les citoyens bruxellois de faire leur choix pour la gouvernance des années à venir.

Depuis le 19 mars 2004, les ressortissants étrangers européens et non-européens peuvent s’inscrire comme votant aux élections communales mais sous certaines conditions. Les ressortissants européens doivent avoir 18 ans au plus tard le jour de l’élection et être inscrit au registre de la population ou des étrangers. Autre point important à relever : ils ne peuvent être suspendus ou exclus du droit de vote. Pour ce qui est des ressortissants non-européens, deux autres conditions s’ajoutent : prouver qu’ils vivent en Belgique depuis cinq ans sans interruption. Mais aussi respecter la Constitution, les droits du peuple belge et les droits de l’Homme.

En ce qui concerne les élections régionales, fédérales et européennes, les ressortissants étrangers européens inscrits dans le registre de la population de leur ville, peuvent décider de voter en Belgique pour les élections européennes en s’inscrivant la liste des électeurs avant le 28 février 2019. Les élections fédérales et régionales ne leur sont pas accessibles.

Pour ce qui est des ressortissants non-européens, le droit de vote aux élections européennes, fédérales et régionales n’est pas possible. A Bruxelles, c’est un résident majeur sur trois, soit environ 310.000 personnes, qui ne pourra pas voter lors de cet événement. On compte parmi ceux-ci 220.000 citoyens de l’Union européenne et 90.000 citoyens d’autres nationalités.

Ces personnes ne peuvent donc pas voter pour les décisions qui affectent leurs vies quotidiennes telles que les travaux publics, la mobilité, le patrimoine, les espaces verts, l’énergie, l’éducation ou encore le budget.

La question de la citoyenneté se pose. A partir de quel moment devient-on citoyen belge ? Sous quels critères ? Quels points d’attention doivent être décidés ? L’intégration des populations étrangères se fait-elle en partie par cet investissement politique et le droit de vote serait-il une aide par rapport à cette intégration ?

Venez débattre avec nous ce 15 mai 2019 de cette thématique ! Nous recevrons Louise Nikolic, docteure en sciences politiques ainsi qu’un représentant d’Objectif ASBL ou du Ciré.

Sources

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *